• Alain Kuhn Von Kuhnenfeld

2019 Chevrolet Bolt Premier (Français)

Cette semaine, nous essayons la Chevrolet Bolt dans sa version Premier équipée avec la recharge rapide. Le véhicule a été assemblé à l’usine de Grand River, dans l’état du Michigan. Son PDSF est de 52 785 $.



Nous avions vu cette voiture lors du Salon de l’auto de Détroit en 2015 et nous étions déjà convaincu que Chevrolet avait un modèle gagnant entre les mains.



Facteur de plaisir : 7 Famille : 7 Consommation de carburant : 10 Comportement autoroutier: 7 Divertissement: 7 Adéquat pour bébé: 7 Conduite en ville : 10



La Bolt, de l’extérieur, ressemble à une voiture à hayon ordinaire. Au premier coup d’œil, rien de spécial ne permet de dire que nous sommes en présence d’une voiture complètement électrique, excepté la mention EV placée à certains endroits stratégiques.

Lorsque nous avons récupéré la voiture chez Chevrolet, nous avions entendu des mauvais commentaires à propos des voitures électriques. Sachez que ceux-ci ont été rapidement démentis.

Nous avons été grandement impressionnés par la Bolt; nous voyions difficilement un futur où les voitures électriques auraient un rôle important, en dehors d’un usage 100% urbain, mais force est de constater qu’elle est aussi agréable à conduire sur de longues distances sur l’autoroute.

Avec un puissant moteur produisant 200 chevaux, ainsi que 266 livres-pied de couple, le constructeur annonce un temps de 6,5 secondes au 0-100 km/h. Nous avons atteint la même vitesse en 6,45 secondes! Un chiffre impressionnant qui se compare à la performance de la Golf GTI de base (0-100 km/h en 6,5 secondes).



En effet, nous pouvons constater la puissance plus que satisfaisante lors de nos accélérations aux roues avant qui cause toutefois de l’instabilité à partir d’un arrêt complet. Cependant, la majorité des utilisateurs de la Bolt électrique n’auront pas besoin d’enfoncer la pédale au plancher, la puissance disponible étant largement suffisante. Les accélérations à une lumière rouge, laissant les voitures traditionnelles à essence derrière amène toujours une certaine satisfaction, cependant les autres passagers pourraient moins apprécier s’ils sont particulièrement sensibles à cette sensation d’écrasement.



Petit bémol, la Bolt est moins agile dans les virages à haute vitesse. Son centre de gravité et la position de conduite, haute pour un véhicule de cette taille, offrent un sentiment de confiance moyen dans ces manœuvres. Lors de notre essai, nous voulions repousser les limites de cette Bolt. Nous avons voyagé plus de 450 km, au départ de Montréal avec la batterie chargée à 100%. Le tableau de bord indiquait une distance minimale de 345 km et maximale de 496 km et une distance réelle estimée à 421 km. Il est bon de savoir que la distance réelle estimée s’ajuste en fonction de notre style de conduite et nos allures précédentes. Généralement, ces tests sont faits avec deux passagers seulement. Nous voulions tester et évaluer la capacité de la batterie lorsque 4 adultes et un jeune garçon montent à bord. Nous avons également choisi une route offrant le moins de possibilités de recharges pour reproduire des conditions plus extrêmes et possiblement, la crainte de voir la batterie de plus en plus faible. Nous avons donc décidé de nous rendre à Plattsburgh, sur l’autoroute 87, sur laquelle il n’y a aucune borne de recharge rapide et seulement quelques bornes de recharge régulière. Pour passer les douanes, où nous n’avons pas eu à trop attendre, nous avons emprunté une route assez sinueuse. Le douanier américain, qui ne nous permettait pas de franchir la frontière, aurait pu mettre fin à notre périple… Mais finalement, et heureusement, nous avons eu le feu vert pour traverser aux États-Unis.



Nous avons roulé jusqu’à notre premier arrêt dans la région de Plattsburgh, New York. À ce moment-là, nous avions parcouru 115 km et le pourcentage de batterie se trouvait légèrement en dessous de 75 %, rien de bien inquiétant. Nous sommes allés manger au Grandma’s Spanish Kitchen, un restaurant avec un service très courtois, une cuisine succulente et qui avait pour avantage d’avoir une borne de recharge à proximité. Bref, cet endroit vaut le détour dans le secteur. À notre retour à la maison, nous avons constaté que nous aurions pas eu à recharger à cet endroit, mais bon, on est jamais trop prudents! Cette courte période de recharge, le temps de diner, a permis d’ajouter 44 km à l’autonomie de la voiture.



Nous avons poursuivi notre route jusqu’à Ausable Chasm, afin d’admirer le barrage hydroélectrique et passer le reste de la journée à la plage. Une fois rendus, nous avions roulé 141 km et nous avions plus de 75 % d’autonomie restante sur la batterie. Nous avions une vitesse entre 5 et 10 km/h plus élevée que la limite permise, afin de reproduire la conduite d’un conducteur typique.

Après cette pause à la plage, nous voulions voyager un peu plus étant donné que l’autonomie restante était encore assez élevée sur la voiture. Nous avons décidé que la prochaine destination serait Burlington, Vermont. Nous allions emprunter l’itinéraire le plus rapide menant à un traversier. Cependant, le traversier était déjà à pleine capacité et le suivant n’était que 2 heures plus tard. Nous avons donc modifié notre itinéraire. À ce moment-là, nous avions déjà roulé 183 km et notre autonomie était toujours suffisante pour revenir sur nos pas et rentrer à la maison.

Nous avons donc fait la route jusqu’au prochain traversier, situé 44 km plus loin. Le compteur de la batterie affichait 60 % d’autonomie restante. Un arrêt au Vermont, et hop!, nous étions sur le chemin de retour.



La route empruntée pour revenir à la maison était loin d’être idéale… plusieurs montées interminables et quelques descentes. Nous surveillions de près le tableau de bord et l’indication du pourcentage d’autonomie restante. Par souci d’économie, nous avons décidé d’éteindre la climatisation. La nuit étant presque tombée, l’air plus frais qui entrait par les fenêtres baissées était suffisant pour « climatiser » la voiture. Nous venions ainsi d’ajouter 30 km d’autonomie, un ajout qui nous a permis de nous rassurer sur le coup… Toutefois, rendu à la maison, à Montréal, nous avions toujours 100 km d’autonomie restante. Donc, cette façon de réduire la consommation d’énergie n’était pas nécessaire, mais bon, le dicton dit que mieux vaut prévenir que guérir!

Nous avons fait descendre le pourcentage d’autonomie de batterie, afin de tester la borne de recharge rapide. Au moment où nous avons branché la voiture, celle-ci était à 5 %. Environ 1 heure de charge a été nécessaire pour la faire remonter jusqu’à 80 %.




Maintenant que vous connaissez notre aventure avec la Chevrolet Bolt, vous voulez peut-être savoir si elle peut accueillir plusieurs personnes à bord? Lors de notre essai, 4 adultes, ainsi qu’un enfant, installé dans un siège approprié au milieu de la banquette arrière, y prenaient place. Nous avons également assis 3 enfants sur la banquette arrière sans problème. Assurez-vous toutefois que la plus petite personne soit assise sur la place du milieu, afin que votre champ de vision ne soit pas obstrué. Cette fameuse place est adéquate pour un enfant, mais inconfortable pour un adulte parce qu’elle n’offre pas assez de support. Les places de chaque côté de la banquette sont plus agréables. Pour ce qui est des places avant, celles-ci sont plutôt inconfortables lors de longs voyages, vu le manque de soutien lombaire. Pour faire image, leur assise est similaire à des sièges de compagnie aérienne régionale.



Ce qui nous a agréablement surpris est la présence de sièges chauffants avants et arrières de série sur toutes les versions de la Bolt. La présence aussi de plusieurs prises USB, même pour les passagers arrière, rend les longs voyages agréables pour tous.

La question qui tue maintenant : est-ce qu’une poussette peut entrer dans le coffre? La réponse est oui! L’ouverture du coffre est facilitée en raison de l’habitacle et de la façon dont la voiture a été conçue, contrairement à la Tesla 3, dont l’ouverture est plus étroite. En prévision de notre périple, nous avons casé sans problème une glacière avec quelques provisions, ainsi que la poussette de monsieur. Le coffre offre également un séparateur pour éviter que les objets ne se déplacent dans les virages.



Quant à la consommation d’électricité de la Bolt, elle affiche une moyenne de 12,58 kWh/100 km en ville, 15,58 sur autoroute. Lors de notre essai complet, nous avons parcouru 750 km tout en conservant une moyenne de 14,07 kWh/100 km. Nous avons utilisé l’air climatisé, emprunté l’autoroute, effectué des montées prononcées et plusieurs accélérations rapides. La consommation d’électricité est raisonnable quant à l’utilisation faite de la voiture. Il est très facile d’atteindre les 383 km d’autonomie annoncés par le constructeur en été. Nous avons toutefois constaté que l’utilisation de la climatisation entrainant une perte d’environ 30 km d’autonomie de la voiture. Il serait aussi pertinent de comparer la capacité de la batterie à la rigueur de nos hivers canadiens. Généralement, il faut s’attendre à une perte d’autonomie, variant entre 15 % et 25 %.

Comment se comporte la Chevrolet Bolt sur l’autoroute? On sent réellement la volonté des ingénieurs de rendre la cabine la plus silencieuse possible. On ne sent presque pas les imperfections de la route. L’absence de vibrations du moteur rend toute conversation beaucoup plus agréable. Les accélérations et les reprises sont très rapides et les autres conducteurs peuvent même être surpris par les capacités de la voiture sur l’autoroute.

Enfin, comme de nombreuses voitures en 2019, la Bolt comporte de nombreuses aides à la conduite, dont l’alerte de prévention de collision, le freinage de détection des piétons à l’avant, ainsi que l’aide au maintien sur la voie avec avertisseur de sorties de voie qui aideront à rendre la conduite plus aisée et sécuritaire.



Le système de son Bose avec 7 haut-parleurs présent dans la version Premier est de bonne qualité et pourtant nous ne sommes généralement pas de grands amateurs de celui-ci. Force est d’admettre que le son est bien balancé et adapté à plusieurs styles de musique. Le système d’info-divertissement offre un écran tactile de 10,2 pouces très intuitif qui diffuse une quantité incroyable d’informations. Il y a même un mode qui permet de contrôler ce qu’un jeune conducteur peut faire avec la voiture! On note parfois un délai de réponse sur l’écran, mais la présence de boutons de contrôle de la température et certaines commandes de base de la musique améliorent l’utilisation quotidienne.



Comment peut-on fixer un siège d’auto dans la Bolt? La voiture offre deux ports ISOFIX cachés dans les bancs arrière qui nécessitent de pousser le cuir pour avoir l’espace pour fixer le banc. Le crochet arrière est facile à accrocher lorsque le coffre est ouvert. Lorsque deux sièges d’enfants sont installés, la place du milieu peut être utilisée seulement par un enfant. Les enfants peuvent facilement accéder à la cabine, comme les poignées sont à la bonne hauteur pour eux. Globalement, les commandes des fenêtres et bancs chauffants sont facilement accessibles.

Le vrai terrain de jeu de la Chevrolet Bolt est définitivement la ville. Être pris dans le trafic n’est pas une partie de plaisir, cependant on est très heureux de savoir qu’on émet aucun polluant et que l’on ne dépense pas d’électricité (lorsque la ventilation est éteinte) quand on est dans une Bolt.

Côté coût, généralement les voitures à l’essai nécessitent un plein dont le prix varie entre 60 et 100 $. Dans ce cas-ci, nous n’avons déboursé que 15 $ pour la recharge, dont 11 $ pour une recharge rapide. La majorité de la recharge s’est effectuée à la maison sur une prise habituelle située à l’extérieur. Avec une si grande autonomie, il serait surprenant que vous ayez besoin de charger la voiture plus d’une fois par semaine, la moyenne d’un déplacement au travail étant de 30 km par jour.



Un élément qui mérite d’être amélioré est la caméra à 360 degrés dont la résolution est trop basse. Cependant, cela semble déjà avoir été corrigé sur la Bolt 2020. Par contre, la voiture est très facile à stationner. Les conducteurs de plus petite taille vont apprécier la position de conduite haute pour une petite voiture. La visibilité est plus qu’appréciable, rendant la voiture assez maniable en toutes circonstances.



Bien peu de gens retourneront à la voiture à essence après avoir conduit la Chevrolet Bolt. Les points forts de la Bolt sont les suivants : habitacle silencieux, l’éclairage ambiant est agréable et le système de bord en général est performant. Les accélérations sont dynamiques et le système de régénération de l’énergie fonctionne bien. En effet, nous avons pu aller à l’épicerie, situé à quelques kilomètres de la maison, et revenir à la maison sans avoir théoriquement utilisé de l’énergie, grâce à ce système. Nous avons aussi apprécié l’espace logeable dans le coffre, ainsi que le dégagement pour les jambes à l’avant comme à l’arrière.


Les points faibles de la Bolt sont les suivants : les bancs deviennent inconfortables lors de longs trajets, certains matériaux sont de moins bonne qualité, afin d’en réduire le prix. De plus, on ne retrouve pas de sièges électriques, de coffre à ouverture automatisée ni de contrôle de la température pour les passagers arrière. La maniabilité dans les virages serait à corriger et la résolution de la caméra de recul mérite d’être améliorée.

531 views
NYC Skyline BW
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Snapchat Social Icon

© 2019 by MuranoSounds Design
Driving Fun & Family

Car Reviews TM